Imprimer cette page

Incroyable Puy du Fou

 

Un château dans les ruines se souvient maintenant
Des bouquets d'églantines, des chevaux frissonnants.
Quelque part se dessine au bout d'un drapeau blanc
La mémoire orpheline d'un peuple de géants.
Gardé par un fou, gardé par le temps,
Le vieux Puy du Fou a son histoire dans l'étang…
Le vieux Puy du Fou est fait de sables émouvants…

Didier Barbelivien

La Cénescénie

1977 Philippe de Villiers écrit un poème ; celui-ci devient un an plus tard la trame de la Cénéscénie, un spectacle nocturne qui souhaite retracer l'histoire de la Vendée du Moyen Âge à la Seconde Guerre mondiale à travers le destin d'une famille, les Maupillier. La Cinéscénie est créée en 1978. Monté à l'initiative de Philippe de Villiers et grâce à une poignée de volontaires, ce spectacle nocturne joué par plus de 600 Puyfolais se déroule dans le cadre du château en ruine du Puy-du-Fou. Plus de 80 000 visiteurs y assistent la première année.

2017 Cet immanquable spectacle nocturne d'une heure et quarante minutes déjà vu par plus de 12 millions de spectateurs, se déroule sur une scène à ciel ouvert de 23 hectares. La Cénéscénie est entrée dans une nouvelle dimension avec de nombreuses nouveautés : nouvelle mise en scène de lumière, nouvelles projections vidéo 3D, nouveaux décors et 10 nouvelles scènes, avec nouveaux effets spéciaux. EIle met à contribution 2400 comédiens, dont 130 cavaliers. Une logistique de péplum : 850 pièces d'artifices chaque soir, 20 drones autonomes et 150 jets d'eau ! Quelques 3800 bénévoles se prêtent au jeu de cette époustouflante allégorie, qui retrace l'histoire d'une famille vendéenne, les Maupillier, du Moyen Âge au XXe siècle. C'est devenu le plus grand spectacle de nuit au monde.

C'était dans sa tête !

Quand en 1977 Philippe de Villiers avait décidé de créer ce parc d'attractions en Vendée, un de ses copains de l'ENA s'était esclaffé: « Un parc d'attractions en Vendée ? Tu n'as pas d'argent, pas de subventions, pas de routes, pas de train, pas de troupe théâtrale, pas de techniciens, pas d'ingénieurs, pas de soutien politique. Allez, laisse tomber ! » «Je m'en fous, avait rétorqué de Villiers, je vais écrire un hymne qui donnera le frisson. Et je ne prendrai pas un kopeck de droits d'auteur ! » De Villiers a fait bien davantage. Son Puy du Fou est devenu la tour Eiffel de la Vendée, un écosystème, un fanal... et un vigoureux moteur de développement économique. « Pour moi, aime tempérer de Villiers, c'est simplement une façon de payer une dette à une enfance heureuse, et la réparation d'une injustice faite à la Vendée. »

La Vendée... Du mauvais côté de l'histoire depuis trop longtemps. Dans le parc d'attractions, un récent spectacle intitulé "Le Dernier Panache" revient sur le crime originel de la Révolution française : la décision de Robespierre et de la jeune République d'éliminer la population vendéenne. Les colonnes infernales assassineront près de 300 000 Vendéens...

Ironie de la politique, alors qu'il est secrétaire d'État à la Culture en 1987, sur ordre de Chirac, Philippe de Villiers travaille à l'implantation de Disney en France. Il renâcle : «Les Américains n'ont qu'une petite souris... Et nous avons Jeanne d'Arc !»

Mais il observe le modèle économique des parcs américains. Disney divise les familles : des attractions pour les petits, et d'autres pour les grands. À chacun ses sensations. Le Puy du Fou prend le contre-pied: « On rit ensemble, on pleure ensemble, on se souvient ensemble. » Le sociologue américain Christopher Lasch écrit : « Le déracinement déracine tout, sauf l'envie d'enracinement ». De Villiers théorise les trois "r" : retrouvailles-rêves-racines... Au coeur de la Vendée, de Villiers invente. Ses ingénieurs déposent des brevets mondiaux : pyrotechnie, projection 3D dans le ciel. Il crée une cité nocturne, une académie pour former des cadres, des cavaliers, des concepteurs de décors, des ingénieurs, des techniciens. On ouvre des écoles, un collège tourné vers les productions artistiques.

Aujourd'hui, il se rend à Hollywood récupérer ses récompenses professionnelles : Philippe de Villiers est accueilli comme Walt Disney. « La première année, en 2012, nous avons loué nos smokings puis nous avons fini par en acheter. » De nombreux chefs d'État étrangers lui demandent de faire rayonner l'histoire de leur pays. Le Puy du Fou travaille sur des déclinaisons en Angleterre, aux Pays-Bas, à Tolède, en Chine... En 2014, Poutine a demandé à de Villiers de mettre en scène l'âme russe.

Le Puy du Fou... référence mondiale sans aide publique !


Page précédente : Drones armés
Page suivante : De la grotte Cosquer... Réflexions


La troupe de théatre et de danse "les Super Anges" du Bénin