Imprimer cette page

La Médaille des blessés de guerre rétrogradée !

La Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme, créée par décret du 12 juillet 2016, a vocation d’honorer les victimes du terrorisme et à participer à leur résilience. Décoration particulière qui n’a pas pour objet de récompenser des services rendus, mais qui se situe au 5e rang protocolaire des décorations, avant des décorations ministérielles importantes.

La Médaille des blessés de guerre

a été, enfin, créée officiellement par décret n°2016-1130 du 17 août 2016. Elle témoigne de la reconnaissance de la Nation aux militaires blessés à la guerre ou à l'occasion d'une opération extérieure. Le décret n° 2019-124 du 22 février 2019 détermine le rang protocolaire de la médaille des blessés de guerre, qui est fixé immédiatement après celui de la médaille de la gendarmerie nationale : au 9e rang, devant la médaille de la Résistance et les Palmes académiques.

NDLR : Pour la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme : on lit bien "victime", c’est-à-dire avoir la malchance d’être au mauvais endroit au mauvais moment.
Médaille des blessés de guerre. On lit bien "de guerre", c’est-à-dire qu’ils ne sont pas "victimes".
Doit-on en conclure que le risque civil dû au mauvais hasard, subi sur nos territoires, serait supérieur au risque pris, par des militaires, engagés par les gouvernants pour défendre, sur des théâtres d'opérations, notre Patrie, nos valeurs, en un mot notre civilisation ?

Ce qui est sûr, c'est que c'est encore un vilain pied de nez à l'encontre de notre communauté militaire.

Médailles des blessés de gurre et Victimes du Terrorisme


Page précédente : L'Oiseau Blanc
Page suivante : 1939... Il y a 80 ans !