Imprimer cette page

Le mot du président

Bulletin n°99 de l'AAAG

L'Avant ne tient que si l'Arrière est solide

 « Il est facile de se faire obéir d'un militaire, mais lui inspirer du respect se mérite. »
Je ne voudrais pas m'étendre sur le grave incident de la mi-juillet entre le Président de la République et le Chef d’État-major. Mais, le fait de rabaisser en public un Chef militaire devant ses hommes révèle que celui qui se conduit ainsi serait, soit en parfaite ignorance de la chose militaire, ou plus grave, voudrait contraindre, encore un peu plus, les plus hautes Autorités militaires à se cantonner aux choses du terrain sans pouvoir s'exprimer, même en Commission où ils sont justement appelés pour définir leurs besoins en fonction des missions qui leur sont commandées. Or, le premier devoir d’un Chef doit être de tout mettre en œuvre pour sécuriser au maximum la vie de ses soldats. Aujourd'hui des soldats meurent en tentant d'accomplir des missions rendues trop risquées par manque de moyens (effectifs, matériels modernes, rechanges). Il serait bien que les Responsables s'en souviennent de temps en temps. Un vieil adage militaire dit : « L'avant ne tient que si l'arrière est solide. » L’arrière, c’est aujourd'hui le vide logistique et l’improvisation.

Les Etats-Unis d'Amérique annoncent que leur budget militaire, déjà colossal (597 milliards de dollars), va grossir de 54 milliards de dollars (+ 9 %). Dans le même temps, la France annonce que la principale des économies réalisées sur les dépenses de l'État porte une nouvelle fois sur les Armées : 850 millions d'euros en moins sur un budget de 32,7 milliards d'euros. Nous retiendrons, sans vouloir comparer notre budget à celui des US, le signe + ou le signe –. Et le signe –, concernant les Armées, hélas, on connaît. En même temps, États-Unis, Russes et Chinois réarment massivement (la Chine a multiplié par 10 ses dépenses militaires en quinze ans !). L'Arabie Saoudite et l'Iran font de même… Quoi qu’il en soit, nous manquerions à notre devoir de citoyens, nous qui pour la plupart et en d’autres temps, ont eu pour mission de défendre notre nation, avec les manques de moyens qui déjà nous faisaient cruellement défaut pour assurer les missions qui nous étaient imposées. Que d’exemples pourrions-nous citer, mais la vie est faite aussi d’espoir. Pour l’an prochain, c’est juré, les moyens vont aller croissant, et notre belle Amicale vous propose de bien sympathiques rendez-vous. Alors, soyez heureux pour ces fêtes de fin d’année. En janvier 2018 ce sera la centième édition de notre journal !

Jean Boulade

Télécharger le Bulletin n°99

Bulletin d'inscription paella du jeudi 23 novembre 2017


Page précédente : Antenne Mérignac
Page suivante : Croire en l'homme pour s'élever.


La troupe de théatre et de danse "les Super Anges" du Bénin