Imprimer cette page

Le mot du président

Bulletin n°98 de l"AAAG

Notre Armée enfin reconnue ?...

« Vous êtes nos sentinelles, notre rempart contre les débordements du terrorisme. Et moi, je serai pour nos armées, pour vous, un chef exigeant, lucide et toujours présent... Tant que les terroristes ne seront pas éradiqués, la France va rester au Sahel. On connaît les cibles, alors il faut accélérer, accroître et poursuivre l'investissement français dans l'opération Barkhane. » a déclaré Emmanuel Macron, Président de la République Française et Chef des Armées, visitant les 1700 militaires français engagés sur la base de Gao pour lutter contre le terrorisme au Sahel.
Cinq jours avant, le nouveau Chef de l'Etat remontait les Champs-Elysées dans un "command car" et se rendait ensuite au chevet des militaires blessés en opérations au Mali : autant de signes auxquels ses prédécesseurs ne nous avaient guère habitués, les questions de Défense n’étant alors abordées que pour en rogner, encore et encore, un budget déjà très insuffisant.
Il semblerait qu'en août dernier, Emanuel Macron avait déjà constitué un groupe de réflexion sur la défense et la sécurité. Une équipe composée notamment de militaires, policiers, hommes du renseignement, juges... Il a consulté, sur leur expérience, le fonctionnement des institutions, les besoins. Il s'est fait projeter les photos du matériel militaire avec les détails sur sa fabrication, le coût, l'usure, les nouveautés, etc. À Gao, il a passé sept heures avec les soldats sous un soleil de plomb. Il a beaucoup échangé, il les a interrogés : situation sur le terrain, difficultés des missions en plein désert, équipements qui ne résistent pas à la chaleur torride, fatigue, détresse chez certains. Autre signe positif : le Sénat voudrait faire accélérer la révision du budget des Armées pour qu'il remonte assez rapidement à 2% du PIB.
À ma connaissance, aucune Administration Française autre que la Défense n'a mené à bien d'aussi profondes et courageuses évolutions structurelles afin de diminuer ses coûts de fonctionnement. Mais nous avons maintenant 30 000 hommes en opérations. Nos Armées « arrivées à l'os » expriment d'indispensables besoins supplémentaires : effectifs, matériels modernes, rechanges… Après la forme et le discours, ces moyens suivront-ils ? On ne peut que l’espérer… À suivre !
Concernant les actions sociales de notre Amicale, il faut signaler, et c'est très encourageant, que les visites que nous effectuons auprès de nos membres sont, en général, reçues avec chaleur et reconnaissance. Il faut donc continuer dans ce sens et renforcer encore ce volet social car notre population vieillit. Ce sont essentiellement nos dévoués "délégués de secteur" qui remontent vers nous les informations nécessaires, nous permettant d'intervenir pour apporter aides et réconfort à nos camarades en difficulté.
Grand merci aussi à tous ceux qui se dévouent pour cette noble cause.

Jean Boulade

Télécharger le Bulletin n°98

Bulletin d'inscription grillade du samedi 16 septembre


Page précédente : Antenne Mérignac
Page suivante : Visite du centre de tri postal de Cestas


La troupe de théatre et de danse "les Super Anges" du Bénin