Imprimer cette page

Le mot du Président

De la BdD...

Savez-vous ce qu'est une BdD ? « Mais bien sûr, me direz-vous, c’est une Base de Défense, vous nous en avez parlé sur notre dernier numéro ! » – Oui, c’est vrai. Mais, comme nous le rappelait le général Philippe Steininger lorsqu’il commandait la BA 120 (2004-2007) : « Si le militaire en activité est un homme pressé, il est à l’heure de son temps, mais qu’en est-il du retraité qui, lui a tout son temps ? » Or, le contexte des BdD vaut la peine, à ce titre, que nous en reparlions pour nous "mettre à l’heure" de l’Armée de l’air actuelle
La création des BdD remonte à 4 ans. C’est une véritable révolution dans l’organisation et le fonctionnement de nos Armées. Elle a pour but, in fine, de réduire de 30% les personnels des Services (logistique, infra, administration…) en mettant ces derniers, quelles que soient les Armes, sous un seul commandement, celui des BdD ! Dans l'Armée de l'Air par exemple. seules les Unités opérationnelles restent sous le commandement de la Base aérienne qui perd la gestion des moyens qui lui sont nécessaires pour assurer les missions.
Ces moyens sont mis à disposition par le commandement de la BdD qui a, ou n’a pas, selon les crédits dont il dispose, les moyens de satisfaire aux demandes des opérationnels. Pour faire bref, si pour les Bases 106 et 120, les choses se passent au mieux, les BdD de Bordeaux et de Cazaux, relevant de commandements aériens, imaginons un instant, et dans le contexte de budgets amaigris, les problèmes d’arbitrages qui surgissent pour satisfaire, ou non, les besoins exprimés par les opérationnels d’Armes différentes. Dans bien des cas, comment déterminer les priorités hors directives spéciales ? L’aviateur comprend t-il bien l’artilleur... ? En outre, la BdD de Bordeaux, par exemple, pour satisfaire aux besoins des missions opérationnelles et administrer 9500 personnes, dispose-t-elle elle-même de moyens suffisants ? Le conglomérat bureaucratique, ainsi créé, sonne aussi la fin des Unités de Services : base de l'esprit de corps qui a nourri nos vies et nos carrières.
Au regard de ce qui précède, la BdD, née semble-t-il de la pensée "énarchique" du Contrôle Général des Armées, ne me semble pas pérenne. Malgré la volonté opiniâtre des personnels chargés de sa mise en œuvre et pour lesquels on ne peut que rendre hommage, son efficacité reste à démontrer. Je souhaite néanmoins que cette "expérience" réussisse. Et, si elle s'avérait aussi économe et efficace que prévue, l'ensemble des Administrations devraient alors être mises en demeure d'appliquer le système des BdD.
Pour terminer, je voudrais vous dire combien nous sommes fiers et heureux de compter, parmi nous, notre premier centenaire en la personne du colonel Jean Pascal Tari, Résistant de la première heure, et qui, toute sa vie, a été un homme engagé, au bon sens du terme. Avec les plus profonds respects de l'ensemble de notre Conseil d'Administration.

Jacques Bize

Télécharger le Bulletin n°91



La troupe de théatre et de danse "les Super Anges" du Bénin