Imprimer cette page

Le mot du Président

1934 - 2014 :
l'Armée de l'Air a 80 ans !

Notre journal se consacre aujourd'hui à une période particulièrement riche en évènements : celle que nous venons de vivre. Tout d'abord, les 80 ans de l'Armée de l'Air qui ont été célébrés avec faste, les samedi 21 et dimanche 22 juin, sur la BA 120 de Cazaux, ainsi que les 100 ans de la Base de Cazaux et les 100 ans de la 1ère mission aérienne spéciale (voir la page).

Pour autant, ces magnifiques et exceptionnelles manifestations ne sauraient nous faire oublier la lente mais sérieuse dégradation de notre Arme, touchée gravement par un renouvellement insuffisant de sa flotte et de ses matériels. Réduits en nombre au niveau d'échantillons, nos aéronefs, pour beaucoup, en l'absence d'équipements modernes, ne seraient bons, pour réemployer une formule assez dure, "qu'à défiler au 14 juillet !" Et on achète des drones aux USA...

Par ailleurs, on constate la fermeture de la plupart de nos Bases pendant que d'autres deviennent des Détachements. D'après les personnels qui vivent ces détachements, où en seraient les bénéfices en terme de coût ? Pour nous, les Anciens, ce serait plutôt la confirmation de la continuation du maintien en haut lieu de la politique déflationniste, visant notre Arme pour l'intégrer au sein de l'on ne sait quelle entité et, au plan global, sacrifier le budget "Défense" au profit d'autres qui, depuis de décennies, parasitent et contribuent à la désescalade de l'indépendance de notre pays. Ces craintes seraient-elles infondées ? Seraient-elles dues à d'excessifs esprit de Défense et de notion de Patrie ? Pour notre Nation et pour celle de nos descendants, nous espérons que oui.

Indochine60ème anniversaire de la fin de la guerre d'Indochine. Le 11 août 1954, après l'héroïque bataille de Diên-Biên-Phû qui dura 57 jours, du 13 mars au 7 mai 1954, le cessez-le-feu marquait la fin de la guerre en Indochine : 1726 tués au combat. 1694 portés disparus. 5294 blessés. 10863 prisonniers dont 3290 seulement reviendront des sinistres camps de rééducation Vietminh. Ils y ont subi un écrasement systématique de l'esprit qui, après avoir brisé le corps de ces hommes épuisés de s'être tant battus, les forçait à renier tout ce qui avait fait leur force, le pays, l'armée, le système qui avait alimenté leur guerre... Rien dans la presse. Rien à la télé. (voir la page).

Comme vous le voyez, chers amis, l'avenir de notre Défense ne semble pas devoir être pleinement assuré. Vers quelles stratégies devrait-on d'ores et déjà se diriger pour faire face aux futurs dangers qui menacent l'interne de notre pays ? En a-t-on suffisamment conscience en haut lieu ? Si l'on en juge par les réactions aussi courageuses que très attendues de notre Ministre de la Défense et des Chefs d'Etats majors de nos armées, on peut penser "qu'enfin… oui" !

Courage, les Anciens et bonnes vacances au sein de vos familles.

Jacques Bize

Télécharger le Bulletin n°86



La troupe de théatre et de danse "les Super Anges" du Bénin