Imprimer cette page

Le mot du Président

2 0 1 0 . . .

C 'est tout votre Conseil d'Administration qui vient vous souhaiter, en ces tous premiers jours de janvier, une très bonne année. Que 2010 soit porteur, pour vous et vos proches, de santé, bonheur et prospérité et que notre belle Amicale voit sa pérennité renforcée dans la fraternité qui nous unit.

La page 2009 est donc refermée. Que de chamboulements se sont encore produits en un an ! Notre vieille Nation resistera-t-elle encore longtemps à toutes les "réformes identitaires" que l'on nous prépare ? Y perdra-t-elle son âme ? Souhaitons que 2010 nous voit sortir de l'obscur tunnel dans lequel nous nous sommes engouffrés.

2009 a vu aussi beaucoup de nos amis disparaître. Chaque fois, le Conseil d'Administration en est profondément touché. Aussi nous renouvelons notre amitié et notre soutien à tous ceux qui souffrent de la disparition de l'être aimé.

Nos pensées profondes vont aussi vers ceux qui se battent courageusement loin de nos frontières, pour faire reculer l'intégrisme et la barbarie.

Nous avons choisi de vous transmettre ci-dessous l'article sur "l'écologie" de Charles Berder, Président de la Confédération Nationale des Retraités Militaires. Article éclairé, courageux et digne, qui va à l'encontre de la pensée unique sans cesse rabâchée par ceux qui en vivent grassement.

Tournons nous résolument vers l'avenir. Soyons dignes de nos Anciens et faisons nôtre la pensée du Père Jean Bordat dédiée à ses chers Arpètes :

« Vous êtes devenus des hommes parce que vous avez compris la fraternité, l'amitié et l'amour. »

Jacques Bize

ECOLOGIE

A grand renfort de films et de messages médiatiques, les prédicateurs écologistes bien pensants nous répètent sans cesse l'imminence de l'Apocalypse. Par conviction ou cédant à la persuasion, voire à la mode, nous devenons tous écologistes, fervents défenseurs de l'environnement.

Insidieusement se répand une écologie politique qui n'est pas plus scientifique que ne fut le marxisme
qui, pourtant l'a longtemps prétendu pour retirer une part importante de sa légitimité.

Notre pays s'abandonnerait-t-il à une écologie punitive, volontiers culpabilisante qui programme la décroissance et entend limiter l'homme dans ses élans, ses projets, ses inventions ? Cette écologie
de passion qui colle au monde des images où seule l'émotion passe et avec elle la paralysie devient
peu à peu idéologique ! Car enfin, ne pas prendre de risque conduit toujours à en prendre un.

Or, loin de contraindre la recherche et l'innovation, notre pays doit investir massivement. Il faut donc promouvoir une écologie fondée sur les ressorts de l'humanité, conciliant préservation de
l'environnement et satisfaction de l'intérêt du citoyen, consommateur ou producteur, désirant aller
et venir librement. C'est donc la reconversion de l'économie à l'écologie qui est la condition d'une croissance durable.

Mais cela se fera aux antipodes d'une écologie punitive. Cela se fera grâce aux entrepreneurs, grâce à une régulation publique incitative, grâce aux universités et aux chercheurs, grâce aux consommateurs.

Non les montages cinématographiques ne sont pas vérités scientifiques.

Ils parlent au coeur et pas à la raison !

Charles Berder
Président de la Confédération
Nationale des Retraités Militaires



La troupe de théatre et de danse "les Super Anges" du Bénin