Imprimer cette page

2018 : centenaire du 11 novembre 1918

Quelques jours avant cette grande date anniversaire, certaines déclarations proférées ont entaché gravement l'esprit de patriotisme sans lequel nos Poilus n'auraient jamais obtenu la victoire au prix d'immenses sacrifices (voir ci-dessous). Nous avons aussi très mal vécu la mise à l'écart de notre Armée recluse aux Invalides, éloignant un peu plus encore la Nation de son Armée. Réactions :

Henri Lacaille, Président de la Fédération Nationale André Maginot, regroupant 240 Associations, par lettre ouverte adressée au Président de la République le 29 octobre 2018 :... « certains membres de l'Elysée estiment qu’il conviendrait de bien regarder les choses en face : les combattants de 1914-1918, les Poilus, n'étaient finalement que des civils à qui on avait donné une arme. Ce qui est une véritable injure à leur esprit de sacrifice et à l’Histoire, car, en disant cela, ils rayent péremptoirement l’esprit de sacrifice des soldats qui ont combattu pour que vive, encore aujourd'hui, notre pays. C'est l'âme de la nation en armes qu'ils entachent par ce type de discours, en laissant entendre que ces civils ne sont partis à la "boucherie" que parce que forcés et sans l'idée de défendre leur pays... »

Charles Berder, Président de la Confédération Nationale des Retraités Militaires, (Solidarité Militaire N° 737 décembre 2018) : ...« lorsque retentit la sonnerie du clairon annonçant l'armistice, avec la cessation des combats et à la satisfaction de tous les combattants, Français et Alliés, en Europe et jusqu'à sa bordure orientale (où malheureusement les combats continuaient). L'heure de la victoire sonnait le retour de l'Alsace et de la Moselle, trop longtemps occupées. N'oublions jamais de reconnaître au Poilu le bénéfice de la victoire, et la nature profonde de son sacrifice. Lui qui a enduré la boue, le froid et les privations, lui qui a éprouvé les souffrances et la mort, jamais il n'aurait pu supporter ces épreuves terribles sans la conscience d'accomplir quelque chose de plus grand que lui. Les poilus de la Grande Guerre ont écrit une page mémorable de notre patrimoine historique. Nous devons le respect à leur engagement douloureux et total qui leur vaut une immarcescible gloire.
Respectueux hommage à ces combattants valeureux . . . Ils furent et demeurent les artisans de la victoire ! »

Pierre Saint-Macary, Président de l’Union Nationale des Combattants : « Cent ans après l’armistice de 1918, l’UNC constate qu’une France forte, c’est une France fière de son histoire, fière de se souvenir, fière de se célébrer. Réécrire l’histoire pour en diminuer les hauts faits, nier la gloire de ceux qui ont conduit les armées à la victoire n’est pas digne et l’UNC ne saurait l’accepter. Le 11 novembre 2018, l’UNC, devant le monument aux Morts de chaque village de France, commémorera la victoire de 1918 sur l’envahisseur et s’inclinera avec respect et reconnaissance devant ceux qui ont fait cette victoire et qui ont bien mérité de la Patrie, du simple Poilu aux maréchaux ! »

Chez nous, dans d'émouvantes cérémonies, nos Municipalités, nos Associations ainsi qu’un public nombreux, ont apporté leurs coeurs reconnaissants honorant sans réserve ni exception tous nos Poilus.
Aujourd’hui, dans l’égoïsme ambiant, la "boucherie", tant de fois rappelée à ses occasions, ne doit faire silence du but de leurs souffrances, de leurs actions, de leurs sacrifices. En faire abstraction, c’est amputer gravement le devoir de mémoire qui leur est dû.
Toute guerre est horrible. Celle-ci l'a été au-delà de tout. Mais le Devoir de Mémoire ne peut pas laisser ignorer que ce sont les valeurs de patriotisme de notre Nation qui, en 1918, face à l'impérialisme allemand à l'époque du Kaiser Guillaume II, nous ont valu la victoire, sauvegardant notre indépendance et nos libertés. Aurions nous pu l'obtenir par d'autres moyens ? On peut le croire, mais c'est hélas une autre histoire. Un très grand et reconnaissant merci aux Municipalités et à tous les acteurs de ces cérémonies.

11 novembre 2018

11 novembre 2018

11 novembre 2018

11 novembre 2018


Page précédente : Social
Page suivante : La flamme du soldat inconnu